LE MAGASIN 01 43 38 15 24
Pressothérapie, Siège ergonomique, Incontinence... Tout pour votre santé !
SERVICE CLIENT 01 43 67 15 15
  • Satisfait ou remboursé Satisfait ou remboursé
  • Paiement sécurisé Paiement sécurisé
  • 98% de clients satisfaits 98% de clients satisfaits
  • SAV fiable & disponible SAV fiable & disponible
  • + de 1500 références + de 1500 références

Tensiomètrie

produits par page

Tension artérielle : Définition

La notion de tension artérielle est simple à comprendre. Il s'agit de la pression du sang sur la paroi des artères. Deux valeurs sont à mesurer pour connaître la tension artérielle :

La pression systolique : Elle correspond à la pression du sang lorsque le cœur se contracte et se vide.

La pression diastolique : Elle se définit comme la pression du sang lorsque le cœur se relâche et se remplit.

La pression systolique et la pression diastolique se mesurent en mmHG (millimètre de mercure).

Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), une tension artérielle normale correspond à une pression systolique comprise entre 120 et 129 mmHG ainsi qu'à une pression diastolique située entre 80 et 84 mmHG.

En cas de problème de tensionnel, un corps peut être en situation de sous tension ou d'hypertension.

Sous tension artérielle : Définition – Que faire ?

Définition de la sous tension artérielle

Un corps est en sous tension (hypotension) lorsque la pression systolique est inférieure à 120 mmHG et que la pression diastolique en deçà de 80 mmHG. Lors d'une sous tension, la pression est trop basse pour propulser le sang dans les vaisseaux sanguins. Par conséquent, certaines parties du corps (notamment le cerveau) ne sont plus assez oxygénées.

Symptômes de la sous tension

Une sous tension engendre plusieurs symptômes qui, parfois, peuvent se produire en même temps : Etourdissements, évanouissements, nausées, vomissements, vertiges, sueurs, troubles de la vue, maux de tête, somnolence, angoisse.

Causes de la sous tension

Plusieurs causes peuvent expliquer une situation de sous tension : Une perte de sang, une pratique intensive de sport sans hydratation, une situation d'anémie, la présence de varices, certains médicaments (traitements contre l'hypertension, diurétiques, vasodilatateurs), vieillissement, diabète, maladies du système nerveux (Parkinson, syndrome de Guillain Barré), la consommation d'alcool ou de marijuana, une immobilisation prolongée

Public concerné de la sous tension

Toutes les personnes peuvent être touchées par la sous tension, même si les plus de 65 ans sont surreprésentés.

Faire face à la sous tension

La sous tension peut être prévenue en surveillant son mode de vie et en adoptant certains gestes au quotidien.

  • Le régime alimentaire pour éviter la sous tension

Concernant le régime alimentaire, il est recommandé de manger salé. En effet, le sel retient l'eau dans les artères, ce qui permet de faire remonter la pression artérielle. Il est important de s'hydrater beaucoup, notamment avec de l'eau minérale riche en sodium. La consommation d'alcool doit être drastiquement limitée car les boissons alcoolisées dilatent les vaisseaux ce qui fait baisser la pression artérielle. La bière est formellement déconseillée car c'est une boisson diurétique (la quantité d'urine est plus importante que la quantité bue), ce qui contribue à la déshydratation.

  • Les bons gestes au quotidien

Si une personne sujette à la sous tension se lève brutalement, sa tension artérielle peut fortement chuter, ce qui peut causer une chute ou un évanouissement. Aussi est-il important de s'étirer et de se lever lentement, en prenant le temps de bouger les orteils et de contracter les muscles du mollet afin d'éviter la baisse de la tension artérielle. Chez les personnes âgées, la digestion monopolise une grande partie de l'afflux sanguin. Un exercice physique important en parallèle risque donc de limiter cet afflux vers le cerveau et créer de la sous tension. Une sieste après les repas est donc vivement recommandée.

Hypertension : symptômes, causes et traitement ?

Définition de l'hypertension

Traditionnellement, la médecine considère qu'un corps est en hypertension lorsque la pression artérielle systolique est au dessus de 135 mmHG et que la pression diastolique est supérieure à 85 mmHG. En hypertension artérielle, la pression du sang sur la paroi des artères est très forte.

Dans 90% des cas, l'hypertension est « permanente ». Plus rarement elle est « paroxystique », c'est à dire qu'elle se caractérise par des poussées de tension élevées.

Symptômes de l'hypertension

Une hypertension peut entrainer des conséquences telles des complications neurologiques, des spasmes, un rétrécissement des artérioles, des apparitions d'exsudats ou d'hémorragies ainsi qu'une altération de la fonction rénale. En outre, le système nerveux central peut être atteint.

Causes de l'hypertension

Si l'hypertension est souvent liée à l'âge et, dans une moindre mesure à l'hérédité, ce sont les modes de vie qui sont la première cause d'hypertension. En effet, le stress, le tabagisme, la consommation d'alcool, de sel, une mauvaise alimentation … sont des éléments qui augmentent les risques d'hypertension. Relevons également qu'il existe une corrélation positive entre l'IMC (Indice de Masse Corporelle qui est le rapport entre le poids et la taille) et l'hypertension.

Complication de l'hypertension

Public concerné de l'hypertension

De nos jours, du fait du vieillissement de la population, des mauvaises habitudes de consommation et de la sédentarisation, l'hypertension est en plein développement.

En effet, selon l'OMS, l'hypertension se traduit par près de 8 millions de décès chaque année dans le monde. Elle est la cause de la moitié des AVC (Accident Vasculaire Cérébral) et des arrêts cardiaques. Toujours d'après l'OMS, l'hypertension touche surtout les personnes âgées (30% des femmes et 50% des hommes âgés de 65 à 75 ans souffrent d'hypertension). Les personnes en surpoids ont également une forte propension à être concernées par l'hypertension.

Mais les personnes plus jeunes tendent à être de plus en plus touchées. Cette tendance n'ira qu'en s'accroissant, puisque l'OMS prévoit à l'échelle mondiale, 1,5 milliards d'individus en hypertension d'ici 2025, soit une hausse de 60% en 12 ans.

Faire face à l'hypertension

Si la médecine peut soigner l'hypertension, une bonne hygiène de vie est également vitale.

  • L'hygiène de vie peut aider à soigner l'hypertension

Certaines règles de diététique et d'hygiène permettent de faire efficacement face à l'hypertension. Parmi les plus courantes, citons la perte de poids, la limitation d'aliments trop salés, la diminution de la consommation d'alcool, l'hydratation, un rythme de sommeil régulier, de l'exercice physique…

  • Les médicaments de l'hypertension

Cependant, des médicaments peuvent aussi être utilisés afin de juguler l'hypertension. Tel est le cas des diurétiques, des bêtas bloquants, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion, des inhibiteurs calciques.

Tensiomètre électronique : Poignet ou Bras ?

Le tensiomètre joue un rôle primordial dans la détection, la surveillance et la guérison de la tension artérielle.

Un peu d'histoire : la création du premier tensiomètre

En 1726, l'ecclésiastique anglais Stephan Hales mesure pour la première fois la pression artérielle d'une jument.

En 1880, le médecin austro-hongrois Siegfried Ritter von Basch met au poing le premier appareil qui permet de mesurer la tension artérielle au poignet. L'appareil se généralisera dans les cabinets médicaux.

En 1889, le liquide qui transmettait la pression artérielle est remplacé par de l'air.

L'italien Scipione Riva Rocci mettra en place le premier tensiomètre à brassard en 1896. Une rupture aura lieu en 1993 avec la mise en vente du premier tensiomètre électronique qui permettra aux patients de prendre leur tension de chez eux.

Les grands types de tensiomètres

Aujourd'hui, il existe trois grandes familles de tensiomètres :

Tensiomètre
  • Le tensiomètre au bras : Voir l'article
  • Le tensiomètre au poignet : Voir l'article
  • Autres types de tensiomètre: Ils sont bien moins utilisés que les tensiomètres au bras et au poignet. Ces tensiomètres peuvent être à mercure (ce qui est dangereux pour l'environnement) ou à cadran anéroique (mais ils sont difficiles d'entretien car ils nécessitent un étalonnage régulier).


L'automesure de la tension artérielle grâce au tensiomètre

Du fait des progrès technologiques, le tensiomètre permet à tout un chacun de suivre sa tension artérielle de chez lui, aussi souvent qu'il en est besoin. Cette automesure présente plusieurs avantages:

Elle permet au médecin de diagnostiquer une éventuelle hypertension.

Le patient peut évaluer et surveiller sa situation.

Relever sa tension artérielle à domicile donne des résultats très efficaces dans la mesure où cela permet d'éviter « l'effet blouse blanche » qui altère les résultats de 15% des patients.

Le tensiomètre joue également un rôle pédagogique puisqu'il permet au patient de comprendre sa maladie et l'efficacité de son traitement. Mais attention, le tensiomètre est un outil d'accompagnement et ne doit pas remplacer une consultation médicale.

Notons que la tension artérielle doit être mesurée 3 fois de suite, à une minute d'intervalle, le matin après le petit déjeuner et le soir après le diner.