Déficience visuelle : tout ce qu'il faut savoir

Déficience visuelle : tout ce qu'il faut savoir

Défaut visuel, malvoyance,  non voyance, cécité : autant de termes parfois confondus et utilisés à tort pour des problèmes touchant la vue. La confusion réside surtout entre malvoyance ou basse vision et non voyance. Et si la basse vision n’est pas toujours un handicap apparent, il n’en demeure pas moins un facteur handicapant assez lourd dans la vie quotidienne. Qu’est-ce que la basse vision, qui en est touché et à quel âge, comment se manifeste-t-elle, quels sont les aides disponibles ? Focus sur ce problème vécu par près de 3 millions de Français.

 

 

Qu’est-ce que la basse vision ?

La baisse de l’acuité visuelle provoque une « déficience visuelle » qui devrait être corrigée par le port de lunettes, de lentilles ou par des techniques chirurgicales. La basse vision intervient quand, même après ces corrections, la vision ne revient pas à un niveau acceptable et est toujours handicapant. En France, une personne mal voyante ou atteinte de basse vision est une personne dont l’acuité visuelle, après correction, est en dessous de 3/10ème  et le champ visuel en dessous de 20°.

 

Qui est touché par la basse vision, à quel âge ?

La basse vision n’atteint pas exclusivement les personnes âgées bien qu’on ait tendance à tirer cette conclusion du fait que le vieillissement naturel des milieux optiques et du récepteur rétinien entrainent une déficience visuelle. Certaines maladies comme le diabète, des malformations congénitales et des atteintes du nerf optique font qu’à tout âge, on peut également en souffrir.

 

Quelles sont les causes de la déficience visuelle ?

Outre l’âge, beaucoup de problèmes pathologiques sont cités comme source de basse vision, d’où l’importance de consulter un ophtalmologue afin d’en déterminer les causes exactes.

Ci-après quelques pathologies parmi les plus rencontrées :

  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) :

Avec le vieillissement, la macula, cette partie centrale de la rétine, se détériore, provoquant ainsi la perte progressive de la vision centrale. Elle est dite sèche quand les cellules de la rétine qui captent la lumière meurent. Elle est humide quand il y a néo-vascularisation provoquant parfois des saignements dans l’œil. Il n’y a pas de guérison possible mais la maladie peut être stabilisée ou ralentie.

  • La cataracte :

La cataracte est un problème qui touche beaucoup de personnes âgées car elle est causée en premier lieu par le vieillissement. Elle peut aussi cependant être congénitale, provoquée par un traumatisme ou être la conséquence de maladies comme le diabète. Le cristallin devient opaque de sorte que les rayons lumineux captés par la rétine sont déviées provoquant des dédoublements d’images et la perte de sensibilité à certains spectres lumineux. En général, le traitement chirurgical de la cataracte est efficace bien qu’il faut toujours mettre des lunettes de lecture après l’intervention.

  • Le Glaucome :

L’hypertension intra oculaire peut causer des dommages au niveau du nerf optique en entrainant la mort de fibres nerveuses. D’où une altération de la vision qui devient soit floue soit gênée par des tâches sombres.

  • La rétinopathie diabétique :

La mal absorption du sucre entraine le blocage ou la fuite des vaisseaux sanguins de la rétine, ce qui peut endommager cette dernière. C’est la vision fine qui est attaquée en premier lieu par la rétinopathie diabétique.

  • La rétinite pigmentaire :

C’est une maladie héréditaire qui provoque la perte progressive des cellules photosensibles de la rétine.

 

Des cas traumatiques peuvent également causer la basse vision comme les suites d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), des décollements de rétine, des lésions cérébrales etc…

Chaque pathologie a ses symptômes. En voici quelques-uns qui devraient pousser à consulter si jamais ils se présentent.

 

Quels sont les symptômes de la basse vision ?

Le dépistage d’une basse vision commence généralement par la mesure de l’acuité visuelle quand le patient se plaint d’un gêne au niveau de sa vue.

L'acuité visuelle est la capacité de l’œil à voir avec précision les détails des objets ou choses qui sont dans son champ de vision. L’acuité visuelle normale est de 10/10ème et le champ visuel normal de 180°. Tout au long de la vie d’un individu, cette acuité visuelle varie : de 1/10ème à la naissance, elle augmente progressivement pour atteindre 10/10ème vers 6ans et même aller de 15 à 20/10ème chez certains jeunes adultes. Elle diminue progressivement après. Une acuité visuelle de 7/10ème à 60ans peut être considérée comme acceptable. 

La baisse de cette acuité visuelle provoque une « déficience visuelle » qui devrait être corrigée par des médicaments, le port de lunettes, de lentilles ou par la chirurgie réfractive.

Quand la vue est toujours très détériorée même après cette correction, on parle alors de basse vision. La basse vision signifie donc que la réduction de la fonction visuelle est permanente et ne peut être améliorée.

Cette réduction peut se manifester de diverses façons sur la vision centrale et sur la vision périphérique :

  • Par une perte centrale de la vision :

Les lignes droites deviennent ondulées. Quand cela s’aggrave, la personne perd progressivement sa vision centrale et ne perçoit plus à la place qu’une tache  Il devient difficile de distinguer les visages, le contour des objets. Ce symptôme est généralement provoqué par la DMLA. Dans sa vie quotidienne, la personne atteinte a des difficultés d’écriture.

  • Par une vision floue :

Comme dans le cas de la cataracte, la vision est floue, la personne n’arrive plus à distinguer les contours, c’est un peu comme regarder à travers une vitre sale.

  • Par des taches dans le champ visuel :

Généralement provoquée par le glaucome ou le diabète, la personne perçoit des taches flottantes, des « scotomes » dans son champ de vision. Certaines parties de son champ de vision ne sont plus vues.

  • Par une vision comme à travers un tunnel :

Provoquée par un glaucome, la personne perd progressivement sa vision périphérique de telle façon qu’elle semble regarder à travers un tunnel qui se rétrécit de plus en plus.

  • Par une hémianopsie :

La personne ne perçoit plus une partie de son champ de vision, soit la partie gauche, soit la droite. S’il y a perte du quart du champ visuel, on parle de quadranopsie.

 

Quelles sont les solutions contre la baisse de la vision ?

La recherche sur la basse vision avance à grands pas ces dernières années. Il existe des traitements novateurs comme la greffe de cellule visant à régénérer la rétine ou encore la rééducation cérébrale. Ce traitement a pour visée de renforcer les connexions neuronales sans médicaments ni chirurgie.

 

Plus accessibles à tous, il existe un certain nombre d’aides visuelles à la disposition des personnes malvoyantes afin d’optimiser leurs capacités visuelles restantes et faciliter leur quotidien. Certaines de ces aides peuvent être prises en charge. Dans tous les cas, il convient de s’adresser à une assistante sociale de votre mairie pour connaître les démarches d’aide.

 

Pour une personne malvoyante, le handicap majeur dans le quotidien réside dans la lecture comme lire un panneau ou la carte du restaurant. Malaisée voire impossible même avec une correction normale, de nombreuses aides dans ce domaine sont disponibles :

 

Les loupes :

Petit bijou technologique, ces loupes permettent des grossissements importants comme la loupe électronique Etex Amigo HD qui grossit jusqu’à 25x et peut même se brancher sur des périphériques comme la télévision ou l’ordinateur. D’autres, comme la loupe électronique Etex Pebble 4.3 HD, outre le grossissement, permettent d’ajuster la luminosité. La lecture est facilitée.

  • Les loupes optiques :

Si une source d’énergie n’est pas toujours à portée de mains, il existe des loupes qui peuvent se transporter et sont alimentées par des piles comme la loupe à main LED Schweizer Okolux qui  se décline en plusieurs versions, rondes ou rectangles, et un grossissement allant de 1.5 à 14x plus. Certaines loupes peuvent se poser directement sur le texte et en faciliter la lecture.

 

Les lunettes grossissantes : Ces lunettes spéciales sont plus que des lunettes de lecture ordinaire. Idéales lorsqu’on a besoin de ses deux mains, certaines permettent également d’avoir une dioptrie soit un grossissement différent pour chaque œil comme les lunettes loupes Max Détail.

 

Les télé-agrandisseurs :

Il suffit de poser le document sur le plateau, d’ajuster l’agrandissement et lire confortablement sur l’écran les mots et les photos agrandies. Le modèle de télé agrandisseur HD Merlin Elite Etex est un des modèles reconnus en la matière sur le marché de la basse vision. Le grossissement peut aller jusqu’à 70x et ce modèle possède une synthèse vocale qui permet d’écouter une voix féminine ou masculine, à votre choix, vous lire votre journal.

 

Les machines à lire :

Quasiment un assistant de lecture, c’est un dispositif qui identifie le texte, le lit à haute voix afin que l’utilisateur n’ait plus qu’à écouter. Avec l’évolution de la technologie, ces dispositifs sont assez perfectionnés pour permettre la reconnaissance de plusieurs langues et avoir un débit et une intonation agréable comme le Clear Reader+ de Optelec

 

Les sur lunettes :

Certaines longueurs d’ondes toxiques pour la rétine  sont filtrées par ces verres filtrants. Cela apporte plus de confort visuel et réduit certaines gênes comme l’éblouissement, les pertes de contrastes et de relief. Dans la gamme Luceo, il en existe à utiliser en intérieur comme pour travailler devant un écran, d’autres sont plus adaptées à un usage externe.

Une lampe de lecture avec ou sans loupe : Souvent oublié dans le domaine de la lecture, un bon éclairage est pourtant une aide précieuse pour lire. Il existe des lampes de lecture maniables, réglables et qui améliorent les contrastes. Certaines combinent éclairage et grossissement comme la lampe loupe à LED Daylight Slimline Magnyfying lamp D25030.

 

Il existe d’autres moyens d’aide aux malvoyants dans la vie quotidienne comme par exemple des postes téléphoniques à grosses touches, des montres, livres et journaux à gros caractères ou encore des téléphones portables parlants qui peuvent lire les sms.

 

Malvoyant ne signifie pas cécité. Prenez donc soin de votre vision résiduelle en utilisant toutes les aides possibles. Mais, comme chaque personne nécessite une aide différente, il est important de pouvoir essayer avant d’acheter. Il existe des produits en prêt qu’on peut tester gratuitement chez soi, ainsi on peut voir l’amélioration qu’ils apportent dans le quotidien. N’hésitez pas à consulter votre fournisseur basse vision.

Posté le 05/06/2015 Bien être et santé, Seniors 103

Les articles similaires

Comment bien choisir son fauteuil releveur ?

80 % des Français souffrent d'un mal de dos. Ceci peut se manifester notamment par la difficulté à se lever après une...

Basse vision : causes et solutions

La basse vision toucherait plus de 3 millions de personnes rien qu'en France, un chiffre en constante augmentation du...

Lutter contre le ronflement

Ronfler trop souvent peut affecter la qualité de votre sommeil et, bien évidemment, le sommeil de votre partenaire,...

Produits déjà consultés

Aucun produits

Besoin de conseils

Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h45 de 14h à 18H (17H00 le vendredi)

SERVICE CLIENT

01 43 67 15 15 

MAGASIN CÉLYATIS PARIS 

01 43 38 15 24

9-11 passage Bullourde 75011 Paris

Du mercredi au samedi de 10h00 à 13h00 (mardi 11h) de 14h00 à 19h00

Menu

Comparer 0