Pensé et créé par le docteur Laennec, le premier stéthoscope a vu le jour en 1817 et est ainsi utilisé pour des auscultations immédiates. Depuis, cet outil médical s'est amélioré en qualité et surtout dans la précision des sons. Découvrez ici l’essentielle à savoir sur le stéthoscope, ces caractéristiques et son mode d’utilisation.

Qu'est-ce qu’un stéthoscope ?

Un stéthoscope est un instrument médical qui permet de diagnostiquer un individu. Plus précisément, c'est un dispositif utilisé par les médecins pour vérifier le rythme cardiaque et respiratoire. Ceci se traduit essentiellement par l'émission de son spécifique à l'intérieur de l'organisme d'un patient.

Le stéthoscope a pour rôle de capter et d'amplifier les sons dans le but de les transmettre au médecin. Il est d'ailleurs considéré comme l'outil principal des médecins généralistes. Il leur permet d'exercer leur fonction ultime : soigner les individus malades.

Les diverses parties essentielles d'un stéthoscope

Le stéthoscope est constitué de plusieurs accessoires indispensables. Chaque partie assure une fonction unique et appropriée pour le bon fonctionnement de l’appareil. On peut citer :

  • Les embouts,
  • La tubulaire,
  • La lyre,
  • Le pavillon.

Tous ces accessoires jouent des rôles très importants.

Les embouts

Les embouts auriculaires sont situés à chaque extrémité du stéthoscope. Introduits dans les oreilles, ils ont pour fonction, la transmission du son de l'intérieur du corps. À partir d'un vice ou d'un système de clique, vous pouvez les remplacer ou les changer en cas de dommages. Ils sont reliés à deux tubes auriculaires.

La tubulure

La tubulure est un tube conçu très souvent en plastique pour transmettre les sons jusqu'à la lyre. La plupart des stéthoscopes possèdent deux tubulaires. En effet, cela octroie une bonne précision et une meilleure qualité de son à l'individu qui s'en sert.

La lyre

La lyre est un accessoire fait en métal et qui sert de support à la tubulure. Elle se constitue des embouts, des tubes et d'un petit ressort lié à la lyre. Ce dernier permet au stéthoscope de se maintenir aux oreilles. Cette partie est d'une rigidité incroyable et ne peut se déformer. Dans le but de s'adapter convenablement aux utilisateurs, la lyre a été mise en place pour permettre aux embouts de s'écarter facilement.

Le pavillon

Cet accessoire permet de capturer les sons. Ceci est possible grâce au capteur placé à l'intérieur. C'est la partie importante du stéthoscope que le médecin pose sur le malade pour l'écoute du son.

Quels sont les différents types de stéthoscopes ?

Il existe deux types de stéthoscopes utilisés dans le domaine médical. On a ceux mécaniques et électroniques.

A lire aussi:  Comment choisir un purificateur d'air ?

Les stéthoscopes mécaniques

Ils sont subdivisés en trois catégories. En premier lieu, on a ceux à usages adultes et pédiatriques. Ils sont souvent utilisés pour évaluer le rythme cardiaque et l'activité des poumons (pour les adultes). Les autres s'appliquent pour ausculter les enfants dans la branche de la pédiatre. Toutefois, grâce à leur polyvalence, certains peuvent être exercés sur tous les types de patients par le biais des pavillons qui sont modifiables à volonté.

On distingue également les stéthoscopes de la marque Pinard. Ceux-ci sont des modèles qui sont exclusivement retrouvés chez les obstétriciens. Généralement fabriqué en bois ou en aluminium, cet outil permet d'entendre et d'analyser l'activité cardiaque du fœtus chez les femmes enceintes. L'efficacité de ce stéthoscope est plus complexe à remarquer, lorsque les femmes jouissent d'une corpulence plus ou moins forte.

Rappelons que les stéthoscopes réservés pour la cardiologie sont à une échelle de sensibilité très forte notamment au niveau du capteur situé sur la membrane du pavillon. Cette particularité est à l'évidence favorable pour la détection des gènes ou des maladies dans le cœur ou les poumons.

Les stéthoscopes électroniques

Ce type d'outil est très apprécié dans la branche de la pneumologie. Ils sont spécialisés dans la capture et la précision des sons. Ces stéthoscopes sont généralement reliés à un écran LCD. Ils sont assez modernisés et sont dotés des technologies les plus récentes.

Comment se servir d'un stéthoscope ?

Pour ausculter un individu donné ou un patient, il vous faut placer le pavillon sur la partie du corps de ce dernier. Cette partie du corps est souvent située au niveau de la poitrine ou du torse. Puis la membrane présente va donc jouer son rôle de transmetteur, en envoyant les diverses vibrations ou sons vers la tubulure. Cette partie du stéthoscope par le biais des tubes, va donc transférer les différentes activités traduites en sons vers la lyre et ensuite aux embouts auriculaires.

Si vous êtes un spécialiste de la médecine, faites une étude ou une analyse des sons. Cela vous permettra d'apporter un retour ou une appréciation sur les vibrations ressenties. Cependant, n'oubliez pas que le port d'un stéthoscope doit suivre une logique bien définie. De plus, vous devez passer votre main au niveau du pavillon sur la membrane pendant quelques secondes, pour la réchauffer avant utilisation. Certains patients trouvent cela assez confortable.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page